Livre d’or – Trail Hivernal 2016

Quelques retours coureurs de cette course du 10/01/2016 :

SYLVAIN MARULAZ – 30km – 02:33:39 – Dossard 427

Merci pour ce beau trail!


SANDRINE ETIENNE – 30km – 02:46:27 – Dossard 680

photo dossard 680

Ce petit message pour vous remercier pour votre invitation et pour l’organisation qui était impeccable.
Je n’ai pas pris le temps de vous remercier en direct à l’issue de la course: j’étais un peu (beaucoup) phytox et j’ai dû laisser quelques neurones sur ce joli parcours, boueux, mais juste ce qu’il fallait.
Au plaisir de revenir sur ce trail qui fait une très belle ouverture de saison.


ARNAUD LAHAYE – 30km – 03:14:14 – Dossard 12

photo dossard 12

Mon Aventure des Coursières
merci a ceux qui vont prendre le temps de lire ceci.

9/6/15: on me propose de mettre un like sur la page du Trail des Coursières je jette un œil sur cette page et trouve très honorable leur motivation donc je like

29/6/15: je me décide à participer au Trail des Coursières je choisi la version hivernal car la date et la distance me plaisent ainsi que le D+ (le dénivelé positif chose que je ne connais pas ???)
Depuis que je me suis décidé a faire cette course à pieds nature j’y pense quotidiennement. Aller, je m’inscris Merde pas de bol les inscriptions n’ouvrent que le 15 octobre 2015. Bon, on va attendre.
Je continus mes sorties running sur les routes et chemins de mon canton Normand.

15/10/15: les inscriptions sont ouvertes. Je m’inscris le 16 octobre numéro de dossard le n° 12.

Bon ben ça c’est fait.

Y’a plus qu’à, qu’à quoi d’ailleurs?? ben courir.

Bien sur à chaque sortie j’y pense.

Le temps passe et les coureurs courent toujours, aucune préparation particulière.

Les fêtes de fin d’année approchent pas simple de gérer les repas et la course à pieds.

Et là le 8 janvier 2016 pointe son nez, ma moitié et moi prenons la route 800km Utah Beach, Le Mans, Clermont Ferrand, St Martin en Haut.

A notre arrivée, nous découvrons une jolie bourgade, le soleil descend se coucher derrière les montagnes. Sur place nous contactons Erik qui nous accueille avec un grand sourire.

9 janvier, le samedi retrait du dossard, ça y est je l’ai en main ce fameux numéro 12. Des bénévoles souriant et chaleureux nous reçoivent (George, Gilles et bien d’autre). Bref,… c’est cool et sympa de rencontrer des gens comme ça. Nous profitons de notre après midi pour visiter le secteur tel deux touristes que nous sommes. Le soir on nous recommande Le Nezel pour nous restaurer. Pas déçu cadre agréable, belle assiette tant visuel que garni repas léger foie gras, sauté de cerf, tarte praline. Bref, pas de pâtes. C’est l’estomac bien rempli surtout moi que nous repartons à notre logis à Haute Rivoire pour reposer l’organisme, demain c’est le départ pour moi.

Bip, bip, 6h45 le réveil sonne, nous sommes le 10 janvier 2016, c’est le grand jour. Petit dèj habituel plutôt léger car on va éviter le bol alimentaire qui remonte pendant la sortie. Une fois cela fait direction St Martin en Haut. A notre arrivée Erik nous accueille avec son sourire et un peu de stress sur le visage (normal il est a l’organisation). Avec ma moitié je me rapproche du départ un café, laçage des chaussures (c’est mieux).
8h25 le départ approche, les dernier encouragement de Séverine qui me quitte en me disant « Je vais plus loin pour te voir partir. ». Je prends place derrière la ligne, finis les dernier préparatifs cardio, musique,…

8h30 Les fauves sont lâchés, j’applique les conseil d’ Erik  » pars a ton rythme, laisse les autres passer, monte sur le trottoir, tu y seras seul. ». Bon le rythme c’est ok, les autres participants passent c’est ok, le trottoir c’est pas ok des spectateurs , des coureurs en sens inverse. Bon je prends la route comme tout le monde.

La route ne dure pas longtemps? nous prenons un chemin qui monte sur trois km, là arrive la descente, les premières montées en température se font sentir, je décide de retirer ma veste? je vais m’en débarrasser en courant et la mettre dans mon sac qui ne contient qu’un gobelet en courant ce n’est pas évident donc je m’arrête on prend de mes nouvelles je répond « ok ». Zut, J’ai perdu ma veste un coureur arrive en me disant  » tu as perdu ça ». La veste en vrac au fond du sac et c’est reparti.

Maintenant? ça descend bon ben tranquille les descente ce n’est pas mon fort, le paysage défile c’est vraiment beau et sympas comme coin. Passage aux abords d’une ferme tiens des Montbélliardes (race de vache) beau cheptel. Je ne suis pas la pour admirer les vaches. Je repère un coureur avec qui on se double et redouble sans rivalité. Il possède un tatouage sur le mollet droit.

1er ravito, je réfléchis je m’arrête ou pas ???? Peut être que oui, peut être que non??? Normal, je suis Normand. Il reste 22 km, je me décide de boire un peu d’eau. Au ravito des gens souriant nous donne de leur temps, de leur chaleur et de leur encouragements. Je repars avec à mes cotés le coureur tatoués au mollet droit, nous continuons notre chemin ensemble sans se parler, mais la bosse qui se présente nous oblige à marcher. Nous échangeons quelques mots sur son tatou. Le paysage m’impressionne, je lâche bêtement  » faire 800 bornes pour voir ça, ça vaut le coup quand même!!!! ».
Mon runner et son pote m interpelle en me demandant d’où je venais pour avoir fait autant de route pour participer à cette course à pied nature. Je leurs explique vite fait d’où moi et ma moitié venons.
A cette instant, le pote du runner tatoué ne se sent pas bien. Il lui dit « t’inquiet, je te rattrape plus tard ». Nous continuons notre chemin, franchissons une bosse ensemble mais amitié oblige il ralenti pour son pote, normal…
Un petit coup d’œil au cardio, 15km 1h26 …bien !!. de tête, je sais que le plus dur reste a venir. Une belle descente se présente, comme d’habitude je ralenti le but est de pas se blesser bêtement, ni de se laisser embarquer par la vitesse et ne plus avoir de jambes. 19km second ravito, bon là je bois un coup de flotte et c’est reparti.
Tout se déroule nickel, sauf une chose, le paysage. Une vu magnifique s’offre à moi, les Alpes avec ses sommets enneigés. Cela me coupe les pattes, le souffle; bref il n’y a plus de bonhomme pendant un instant très court mais qui pour moi me semble très long ( j’en frissonne encore). Le terrain me rappel à ma réalité, je glisse, 21km. Prochaine fois, je regarde où je met les pieds. Plus j’avance, plus la monte raidi, je ralenti, tous nous ralentissons, le sentier est abrupte. Glissant avec quelques troncs d’arbres morts, bref … ça crapahute. Au fur et a mesure que nous avançons des cris se font entendre, ce sont des encouragements.
Là une corde est mise a disposition pour grimper, la course à pied n’existe plus, me voilà presque revenu 20 ans en arrière à pratiquer quasiment de l’escalade. Les cris entendus viennent d’un spectateur vêtu d’une veste camoufle et équipé d’un radio cassette qui braille a tue-tête. Il me fait penser à un militaire qui te dit « avance, avance, avance… ». Soulagement arrivé en haut le point culminent du profil, c’est le 22ème km. je ramasse un caillou, le met dans ma poche et c’est reparti. Au cour de ma descente, j’ai froid, je remet ma veste mais cette fois ci je m’arrête. Nous descendons dans un bois qui sous les feuilles mortes se cachent des pierres glissantes.
26km, un début de crampe se fait sentir au mollet droit. Là je me dis  » non pas ça, pas maintenant ». Mes pensées se tournent vers ma moitié qui m’attend, son sourire que j’ai hâte de revoir ainsi que de plonger dans ses bras. Je continu a courir, courir..
27km je trouve un dossard au sol, je le ramasse. Je croise un coureur qui remonte a contre sens, je pense que c’est le propriétaire du dossard. Ben NON …C’est un runner qui fait sa sortie du dimanche… les jambes commencent à être lourdes mais les humains au bord du chemin sont de plus en plus nombreux. La voix du speaker se fait entendre dans la vallée. Le pire passage boueux sur l’ensemble du parcours de cette course nature est sur ce dernier kilomètre. Une dernière montée boueuse, je lève les yeux. Un sourire et un visage qui ne me sont pas inconnus, c’est ma moitié qui est là..Je lui fait un signe pour qu’elle soit près de la ligne, elle comprend, me répond d’un geste « je suis là, je t’y attend ». Les 200 derniers mètres se font avec une chose en tête serrer Séverine dans mes bras. Je franchis le capteur de puce, saute dans ses bras tant attendu. Je l’embrasse..passe la ligne.

C’est fini, la boucle est bouclé.

un GRAND MERCI aux bénévoles, qui présents dans les carrefours ont assuré tant au point de vu de notre sécurité qu’avec leur regard et sourire généreux. Ceux qui étaient aux ravitos et à l’arrivée.

et surtout Je tiens a remercier l’instigateur de cette aventure tant pour son accueille, sa chaleur, son humanité, son sourire … Oui c’est a toi que j’adresse un grand MERCI .. Erik Balmont

PS : la soupe excellente, pour info suite à ma glissade, j’ai fini ma course ( environ 10km) avec un clou dans le genou.
Bref, ce fut 30km de plaisir pour les yeux, le corps et l’esprit, qui j’espère sera partagé avec les bénéficiaires des trajets en joëllettes.

MERCI à tous et pour tout….


SYLVAIN MANERO – 30km – 03:46:51 – Dossard 3

Et voila la saison 2016 lancée ! Et quoi de mieux pour commencer qu’un bon trail de 30km pour 1100mD+, avec plein de copains, une super organisation, des paysages mont-du-lyonnaisques, de la boue, des conditions automnales, de la soupe aux ravitos, il ne manque rien pour passer un super dimanche sur l’Hivernale des Coursières !

La suite sur le blog http://sylrunandbike.blogspot.de/2016/01/lhivernale-ou-automnale-des-coursieres.html


CLAUDE MIRODATOS – 30km – 03:52:32 – Dossard 237

S’il me prenait lubie d’entailler mes bâtons après chaque Coursière bien conclue (hivernale ou printanière), il me faudrait dès lors les considérer comme des flutes à vents coulis (avec au moins 15 perces à ce jour) et les laisser jouer quelques mélodies aléatoires au gré des souffles des monts du lyonnais, pentes favorables aux ascendances thermiques, replats, crêtes aérées, ubacs ou adrets. Bien sûr, elles se feraient discrètes face aux fortes musiques bien jazzy entendues ce jour lors des ravitaillements ou aux portes de la salle des sports de Saint-Martin. Et ce ne fut pas pour notre déplaisir, cette banda bien cuivrée rythmant avec bonheur ces arrêts gourmands ! En revanche, les trilles de mes flutiaux-bâtons se seraient rapidement éveillés sous les turbulences de cette large armada de baskets en transe, filant à toute allure tout au long d’un parcours finement concocté par ces redoutables traceurs de l’Organisation. Jamais à court d’idée, ils nous ont ainsi combiné sentes tournicotantes et incertaines, larges pistes sableuses et chapelets délicats de bourbiers tendres, attendus pour cette saison rendue clémente en hommage à la récente cop 21! Les Atos restent donc fidèles à leur réputation bien ancrée dans le terroir, du genre « tradition et nouveauté », « surprise, surprise », « on va vous gâter, mes gaillards! » et ce passage très trailant (donc très très lent, en ce qui me concerne) à l’assaut du signal de St André fut un modèle genre, avec mains courantes et belles envolées lyriques de maitre JPM en survolteur de troupes en manque d’oxygène! Il n’est pour s’en rendre compte que de visionner cette vidéo dite officielle, déjà disponible sur le site des Coursières le jour même de la course. De même, nous pûmes compulser les résultats dans la foulée, à peine désemboués au sortir de la douche très embuée. Qui avec gourmandise, qui légèrement angoissé, selon son tempérament ou son propre défi fixé secrètement au départ de cette jolie randonnée, si bien placée sur l’agenda de l’année nouvelle!

Comme à l’accoutumée, les sourires et encouragements des organisateurs, pros et bénévoles, et toute cette structure qui coordonne ce bel ordonnancement méritent louanges et lauriers bien tressés. Aux nouveaux adeptes des Coursières, je recommande au passage et très sincèrement de poursuivre cette découverte avec les galopades du joli mois de mai. C’est plus long, mais la campagne n’en est que plus belle et les sourires plus éclatants sous les rayons allégoriques du printemps! Bravo une fois de plus et rendez-vous au mois de mai, au plaisir de vous retrouver! (*)

Claude Mirodatos, V3M décidément accro des Coursières

*(hem, si vous pouviez me régler en liquide pour cette promotion spontanée, ça m’arrangerait! A ce titre, la bière soyeuse me convient parfaitement!)


SERGE PEYRELONG – 30km – 04:00:09 – Dossard 342

Bonjour,

Un petit retour tardif sur l’édition 2016.

Je suis encore loin de Claude, je ne compte que 10 participations, dont 7 hivernales.
Au fil des années beaucoup de choses ont changé , mais rien n’a changé.
A 1500 coureurs, ça se passe aussi bien que quand il n’y en avait que 250.

Merci encore pour cette fois-ci et à l’année prochaine.


CEDRIC PERIER – 15km – 01:12:23 – Dossard 1061

photo dossard 1061

Dimanche, était ma 5e participation, au trail des coursières, et comme les autres éditions, cela a été un grand plaisir de revenir gambader sur vos chemins. Une fois de plus une organisation millimétrée; comme des bénévoles disponibles, accueillants, présents pour nous encourager; un balisage parfait; des ravitos fournis et variés, et j’en oubli….UN GRAND coup de chapeau pour tout ça. A défaut de pouvoir faire le 47 kms en mai, je reviendrais en janvier 2017, c’est certain !!!!! MERCI à vous tous, et souhaite longue à votre association.


PIERRE-ALAIN FESSY – 15km – 01:12:26 – Dossard 1225

Bonjour les orgas!

Merci beaucoup à vous ainsi qu’aux spectateurs/supporters présents tout au long du parcours : ce trail hivernal des coursières 2016 a été un vrai bonheur. Joli tracé, ravitaillements nickel, bonne ambiance, juste ce qu’il fallait de boue : tout y était!
Je n’ai pas couru assez vite pour pouvoir le clamer haut et fort au micro, mais le coeur y était!

Bonne journée et à l’année prochaine. 🙂


JEREMIE GUYOT – 15km – 01:15:45 – Dossard 1003

BRAVO !!! Une matinée au top du top ! L’organisation est parfaitement rodée, il y a des bénévoles de partout (à la salle, aux ravitos, sur les routes, les chemins,…). Des nouveaux chemins pour varier un peu et le suspens du parcours jusqu’à le veille vraiment bravo ! Et puis le petit panier de produits locaux est toujours plus appréciable qu’un bon d’achat pour aller acheter on ne sait jamais quoi ! Encore bravo !


GREGORY CHAMBERLAND – 15km – 01:18:54 – Dossard 1434

photo dossard 1434

Bonsoir, vous trouverez ci-dessous mon blog suite au 15,5km de l’hivernal des Coursières !! MErci pour tout !

http://lesgones.overblog.com/2016/01/trail-des-coursieres-des-monts-du-lyonnais.html

Sportivement.

Cordialement

Mr Grégory CHAMBERLAND
06.38.57.08.38
g.chamberland@hotmail.fr

www.gitestjean.fr
http://lesgones.overblog.com/


POL-GERAUD LEVY – 15km – 01:40:25 – Dossard 1575

Merci pour l’organisation de ce Trail très agréable. Tout était presque parfait à part les bouchons au début de la course lors de la première montée. Il serait peut être judicieux de faire 2 ou 3 départs différents si cela est réalisable techniquement.
Pourriez-vous m’indiquer comment faire pour savoir quel temps j’ai fait?


GAETAN DUTEL – 15km – 01:43:03 – Dossard 1295

Merci bien pour l’organisation, le parcours, tout était très bien.
Je ne suis pas un grand coureur mais cette course reste accessible à des coureurs du dimanche comme moi en prenant un grand plaisir.


VINCIANE ERNOTTE – 15km – 01:54:08 – Dossard 1658

Juste un petit mot pour vous féliciter de la bonne organisation du trail d’hier : retrait des dossards, ravitaillement, arrivée…
Tout était impeccable avec des personnes souriantes!
C’était ma première participation à un trail, et j’ai beaucoup apprécié!